ROMÂNIA

10.04.2020

FR

 

1. Quelles mesures applicables à l’ensemble des citoyens ont été adoptées dans votre pays ?

Le 16 mars le Président de la Roumanie a déclaré l’ETAT D’URGENCE sur l’ensemble du territoire national. Nous sommes obligés de respecter la distance sociale. Ont droit à circuler les personnes se déplaçant au lieu de travail, pour l’approvisionnement, traitement médical urgent, bénévolat, prise en charge des malades. Nous pouvons aussi faire du sport et faire promener les animaux de compagnie dans le voisinage immédiat de la maison, en respectant les règles sanitaires (un nombre maximum de 3 personnes). Le non respect des règles attire des amendes civile et même des sanctions pénales.

Les personnes entrant dans le territoire de la Roumanie sont placées en quarantaine ou en isolement sanitaire. La grande majorité des vols a été suspendue.

Tous les locaux d’alimentation publique ont été fermés et toutes manifestations publiques de toute nature que ce soit ont été interdites.

Des mesures de protection sociale ont été adoptées par loi, visant les personnes ayant perdu leur emploi et des aides ont été établies pour cessation ou réduction de l’activité.

 

2. Quelle est la situation légale (normes législatives/réglementaires) et devant les juridictions ?

L’état d’urgence a été institué par Décret Présidentiel no 195/16.03.2020 par lequel a été restreint l’exercice de certains droits et a subordonné tous les services d’ordre public au Ministère des Affaires Intérieures. Les mesures concrètes sont prises par Ordonnances d’Urgence du Gouvernement et Ordonnances Militaires du Ministère des Affaires Intérieures.

Pour ce qui est de la justice, la mise en examen des dossiers a été suspendue, à l’exception des affaires urgentes, ainsi que les exécutions forcées. Dans le même temps, a été décrétée la suspension de tous les délais de prescription et de déchéance, et les délais n’ayant pas commencé, ne commenceront pas à couler et a été suspendue la procédure de règlement des procès nouveaux.

Les avocats sont tenus, par l’Ordonnance d’Urgence no 29/18.03.2020, de continuer leur activité, sous sanctions disciplinaires – bien évidemment dans le respect le plus stricte des mesures de discipline sanitaire.

 

3. Quelle est la situation des avocats et quelles sont les actions menées par les barreaux ?

Comme je viens de le dire, les avocats doivent prendre des mesures pour poursuivre leur activité, étant donné que c’est une activité d’intérêt public. Mais le problème réside principalement dans l’arrêt ou la réduction complète de l’activité des clients, qui en grande mesure ont suspendu les effets des contrats de permanence et dans l’arrêt des procédures de communication aux défendeurs des actions judiciaires nouvelles. Ceci a entraîné la baisse dramatique des encaissements, aussi bien pour les formes d’organisation individuelles, que celles collectives.

Les barreaux roumains, par l’Union Nationale des Barreaux de la Roumanie, ont fait des démarches pour que les mesures de protection sociale pour les personnes n’ayant plus d’activité ou ayant réduit l’activité de manière involontaire, s’appliquent aussi aux avocats (aide de 75% des revenus, mais pas plus de 75% du revenu moyen de l’économie – environ 900 euros).     

Chaque Barreau a pris des mesures lui permettant de continuer l’activité d’assistance judiciaire obligatoire, y compris en assurant des équipements de protection sanitaire.

 

4. Quelles mesures prises sont les plus appréciées et quels sont les défis auxquels il faut faire face ?

En principe, chaque personne comprend que les mesures prises sont nécessaires. Malheureusement, il existe aussi des citoyens qui n’entendent pas respecter les règles et il y a déjà plusieurs centaines de personnes qui font l’objet de poursuites pénales.

5. Remarques particulières

En Roumanie, le problème des contagions est lié à la politique défectueuse d’après 1990. A cause de la situation économique négligée, des millions de roumains ont été obligés de trouver des emplois dans l’Europe occidentale, notamment Italie et Espagne. Suite à la situation de l’Ouest de l’Europe, des centaines de milliers de citoyens roumains sont revenus en Roumanie, en y apportant le virus dévastateur (notamment ceux qui travaillaient de manière irrégulière ou ceux qui vivaient de la bienfaisance publique). On ne peut pas leur interdire d’entrer dans le territoire national, mais le contrôle en est très difficile à gérer.

 

Me. dr.Stanca Gidro, Avocat

Président de la Commission des Barreaux d’Est FBE

 

 

EN

 

1. What measures applicable to all citizens have been adopted in your country?

On the 16th of March, the President of Romania declared STATE OF EMERGENCY on the territory of the whole country. We are obliged to observe social distancing. The persons going to work, for shopping, for emergency medical treatment, to provide care for sick persons, volunteers have the right to move about. Also, we may exercise and walk pets around our homes, with the observance of the health rules (a maximum of 3 persons). Failure to observe the rules results in fines or even criminal charges.   

The persons coming to Romania are placed in quarantine or isolation. Most of the flights were suspended.

All the public catering places were closed and public meetings of any nature were banned.

Social protection measures were enacted for those who were laid-off and support was set up for activities closure or curtailment.

 

2. What is the legal situation (legislative/regulatory norms) and before the courts?

The state of emergency was set up by Presidential Decree 195/16.03.2020, which limited the exercise of certain rights and subordinated all the public order services to the Ministry of Internal Affairs. Concrete measures are adopted by Government Emergency Ordinances and Military Ordinances of the Ministry of Internal Affairs.

In what concerns justice, the cases trial was suspended, except the urgent ones and the enforcements as well. At the same time, it was enacted that all the limitation and incapacity terms be suspended and the unbegun ones will not start running and the new proceedings settlement procedure was suspended.

By the Emergency Ordinance no.29/18.03.2020, lawyers are obliged to continue their activity under disciplinary penalty – obviously, with the observance of health discipline measures.

 

3. What is the situation of lawyers and what are the actions taken by the bar associations?

As already mentioned, lawyers must adopt measures to continue their activity as the said activity is of public interest. The problem is though that of the clients’ activity arrest or complete  cut, clients who, to a great extent, suspended the effects of the legal assistance contracts and the cessation of the notification procedures to the defendants of new judicial proceedings. This determined the drastic decrease of the returns, both for individual and collective organization forms.

The Romanian Bars, by the National Union of Romanian Bars took the steps towards the application in the case of lawyers too, of the social protection measures for those who do not have activity or involuntary decreased their activity (an aid of 75% of the income but not more than 75% 75% of the average income at the  economy level – about 900 Euros)

Each Bar adopted measures to continue the compulsory judicial assistance activity, including the provision of health protection equipment.

 

4. What actions taken are most appreciated and what are the challenges that need to be addressed?

In principle, each person understands that the adopted measures are necessary. Unfortunately, there are citizens who do not understand to observe the rules and there are a few hundreds of criminal cases already in progress.

 

5. Special remarks

In Romania, the problem of ailments is related to the consequences of the post – 1990 wrong policy. Due to the neglected economic situation, millions of Romanians were forced to find a job in Western Europe, especially in Italy and Spain. Subsequent to the present situation of the Western Europe, hundreds of thousands of Romanians returned to Romania bringing with them the devastating virus (especially those who worked without a contract or invoked public mercy). Their entry in the country cannot be denied and the control is very difficult to manage.

 

Stanca Gidro, Ph.D., Lawyer

Chairman FBE – East Bars Board